Château du tournel

Le château du Tournel est célèbre pour les fans de la série Hero Corp. Car c’est à cet endroit que le vilain The Lord a établi son repaire. Mais c’est avant tout un magnifique castel médiéval datant du XIIIème siècle qui a traversé de nombreuses guerres de religion non sans y laisser quelques pierres au passage. Nous avons voulu faire le trajet tout spécialement pour découvrir cette bâtisse. Et croyez-moi la visite en vaut le détour.

Captain Sports Extrêmes : Bon, on a trois possibilités. Soit on fait nos connasses et on descend en rappel, soit on n’est pas des fiottes et on y va en free fly !

Arnaud Tsamère, Hero Corp, saison 1, épisode 13 (Die hard)

Secrets d’Histoire

Situé sur la commune de Saint-Julien-du-Tournel en Lozère, le château du Tournel est un imposant édifice féodal dressé sur un éperon. Il appartenait à une des huit baronnies du Gévaudan. Le site avait pour réputation d’être imprenable, et servait de zone de repli pendant les conflits. Les différentes luttes de religion et par la suite les affres des troupes huguenotes, ont entrainé la destruction puis l’abandon du château. Aujourd’hui il ne reste plus que des ruines à explorer.

Visite du château du Tournel

Nous voilà enfin aux pieds du château, après plus de trois heures de voiture. Nous avons laissé notre fiacre sur un minuscule parking planté en plein devant la sortie d’un tunnel, le tout perché au dessus des gorges du Lot. Dans le temps, on devait y balancer pas mal de traitres dans cette rivière… Par la barbe de Merlin, cette blague est trop subtile et totalement hors sujet.

Puis nous avons entamé la montée. Et là je dois me confesser. Une petite goutte de sueur a perlé sur le haut de mon front lorsque j’ai levé la tête vers le château et que j’ai lu sur le panneau 1h30 de montée…

Finalement l’ascension fut aisée, surtout avec mes séances hebdomadaires de bike. Prévoyez tout de même des baskets car la visite du château n’est pas une promenade de santé.

Laisse les cairns, prends les cannelloni

Tout le long du sentier, il y avait des petits tas de pierres. J’ai eu beau expliquer à Walter qu’il fallait respecter les cairns, mais comme bien des enfants de son âge il se fiche totalement des remarques de sa reine Mère. Je le soupçonne de me percevoir parfois comme une marionnette sans fils, gesticulant bizarrement et prononçant des mots incompréhensibles. C’est incontestablement plus tentant de pousser les cailloux dans le vide. Je lui ai donc suggéré de créer sa propre pyramide. Mais étant donné qu’il a hérité de mes fantastiques gênes pour toute activité manuelle, l’exercice en est devenu risible voire pathétique…

Nous avons donc poursuivi notre chemin. Arrivés au sommet, nous sommes passés devant de beaux chevaux paisibles, habitués à observer non les trains, mais les touristes qui ont fait tout le chemin (en posant des petites pierres à leur passage pour indiquer la bonne voie, bien qu’il n’y en ait qu’une) afin d’admirer le château du Tournel.

Ariane, d’où elle est, guidera vos pas

Le castel est en ruines. Pas d’entrée payante, pas de visite guidée. En guise de fil d’Ariane, vous avez une barrière installée, mais pas rouillée ouf ! Bon, elle ne vous protège pas vraiment du précipice, elle vous indique juste la limite où poser votre pied si vous ne désirez pas basculer dans le vide. D’ailleurs attention, ceux qui ont le vertige auront un peu de mal à franchir certains passages.

Le château se compose de quatre tours rondes et d’un donjon carré que l’on peut visiter également. La chapelle, le logis et les murailles sont encore visibles. On imagine facilement à quel point ce lieu était puissant.

Visiblement, une colonie d’hirondelles a investi le château. Et des nuées de petits becs pointus volaient tout autour de la plus haute tour, accentuant le côté fantastique du lieu. Dommage qu’on ne puisse pas monter au sommet. J’aurais pris plaisir à hurler « Allez volez ! volez ! », rejouant ainsi la mythique scène de la vieille sorcière de l’ouest lançant ses primates volants aux trousses de Dorothée dans le Magicien d’Oz.

Un village sans chèvres

Puis nous avons aperçu en contrebas les restes d’un bourg. Pas de berger roteur à l’horizon ! Nous sommes donc descendus jusqu’aux ruines. Nous avons flâné autour des vestiges des maisons construites en schiste. Du village on peut admirer le château, et prendre conscience de l’importance de cette forteresse. D’ailleurs je me suis facilement représenté le villageois sortant de chez lui avec son quignon de pain. Il devait apprécier la vue imprenable sur le castel. Bien mieux que la mienne avec les tours HLM.

La visite s’est terminée par le village. Et comme nous ne sommes pas encore très au point avec le free fly, nous avons préféré rejoindre notre véhicule à pieds.

Château de Tournel needs you!

Si vous êtes sensibles à la protection de notre patrimoine, et que vous souhaitez sauver ce château, vous pouvez faire un don via le site de la Mission Patrimoine de Stéphane Bern. Nous avons décidé, en bons princes que nous sommes, d’offrir quelques piécettes. En fait, nous avons vraiment apprécié le lieu, et je tenais à contribuer modestement à sa rénovation. Car j’aime penser que les empires passent mais les pierres restent…

Partager cet article sur...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *