Artemis Fowl

Après avoir lu L’Étrange vie de Nobody Owens, je m’attaque à un autre roman jeunesse, Artemis Fowl de Eoin Colfer. Avec son style très dynamique, l’auteur irlandais nous entraine dans une aventure pleine d’actions et de rebondissements.

Artemis Fowl

Âgé de 12 ans, Artemis Fowl est un petit génie, descendant de la longue dynastie des Fowl. Et comme ses ancêtres, il est déjà un maître accompli dans la criminalité. Accompagné de Butler, son garde du corps bâti comme un gorille, Artemis Fowl a bien l’intention de remplir ses coffres d’or. Mais pas n’importe quel or ! Celui des fées.

« Une fois le Livre traduit, Artemis pouvait commencer à se mettre sérieusement au travail. Il connaissait déjà son objectif ultime, il convenait à présent de trouver les moyens de l’atteindre.
L’objectif, bien sûr, c’était l’or. »

Des fées pas très féériques

Nains, centaures, fées, trolls… tous ces êtres féériques qui vivent cachés aux yeux des humains font partie intégrante du roman. Les fées possèdent un livre qui rassemble tous leurs secrets. Artemis arrive à s’emparer de cette bible, ce qui va lui permettre par la suite de kidnapper une de ces charmantes créatures. Charmante… en fait pas tant que ça. J’ai trouvé que les fées étaient finalement très décoratives. Si l’auteur avait choisi des elfes ou même créer une nouvelle espèce, cela n’aurait rien changé à l’histoire.

Artemis Fowl, l’anti-héros

Quand on parle de jeune héros entouré de créatures magiques, on pense à Harry Potter. Pourtant, les deux personnages n’ont aucune similitude. En effet, Artemis est un anti-héros. Il n’est pas un gentil adolescent naïf et innocent, c’est un jeune garçon prêt à tout pour atteindre ses objectifs, même si cela le plonge dans la criminalité. Ceci dit, Butler, son garde du corps est là pour lui rappeler les limites à ne pas dépasser… Ouf, un peu de moral dans ce livre.

« Artemis est sans nul doute un enfant prodige. Mais pourquoi un être aussi brillant a-t-il décidé de consacré sa vie à des activités délictueuses ? »

Une critique du genre humain

Si Holly Crowl, la fée kidnappée représente la compassion, l’intégrité et la justice… Artemis Fowl incarne à lui tout seul les défauts de l’humanité : l’avidité, le matérialisme, l’insensibilité, etc. Le livre est très hostile envers l’Homme. En effet, les créatures magiques critiquent régulièrement les humains, les comparant à un fléau. Pour elles, nous sommes des êtres ignorants, cruels et destructeurs… ce que j’approuve complètement. Cela étant dit, répéter ce discours comme une litanie à la longue c’est barbant.

Wyatt en Artemis Fowl

Livre d’action pour enfants

Pour tout vous dire, je me suis ennuyée. Je ne sais pas comment j’ai réussi à tenir jusqu’à la dernière page. Cela étant dit, si vous êtes fans de James Bond, ou si votre petit bout est avide d’actions, de gadgets et d’armes, alors ce livre est fait pour vous. Mais si vous cherchez quelque chose de plus original, laissez tomber. Ceci dit, je suis curieuse de voir le film que doit sortir Disney cette année.

Partager cet article sur...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *