Castle Rock

Castle Rock n’est pas le fief des Lannister dans le Trône de Fer, mais la nouvelle série de Stephen King et J.J. Abrams. C’est une série d’horreur psychologique qui ravira les fans du romancier américain.

Castle Rock, une ville où il fait bon vivre

En fait pas vraiment. La série démarre d’emblée avec le suicide du directeur de la prison locale. Peu de temps après ce tragique évènement, les gardes du pénitencier font une étrange découverte dans les sous-sols en friche du bâtiment. Cette rencontre impromptue va obliger Henry Deaver, avocat au pénal à revenir dans sa ville natale. Et les faits étranges vont continuer à se produire…

Castle Rock

Castle Rock – le berceau du Diable ?

C’est peut-être dû à mon côté gamer, mais j’adore les séries ou films remplis d’Easter eggs. Et Castle Rock est pourvu d’une innombrable quantité de références en lien avec l’univers de Stephen King. Castle Rock va même plus loin puisque cette petite ville du Maine semble être le véritable point de convergence des romans de King. On en vient à se poser plusieurs questions, est-ce là que tout a commencé ? Est-ce le berceau du diable ? Et si oui, pourquoi ?

« Ne laissez pas ce putain de gamin sortir. » – Pangborn

Ceci dit, même ceux qui, comme moi, ne connaissent pas toute la bibliographie de Stephen King pourront repérer de nombreux clin d’oeils. Sinon, vous pouvez aussi consulter le site stephenkingfrance.fr qui a dressé une liste très intéressante. Toutefois, je n’ai pas trouvé que toutes ces références apportent un réel sens à la série. Je trouve que c’est pour le moment juste une collection de coïncidences. Mais pour le moment, nous n’avons aucune explication. C’est assez récurrent je trouve chez Stephen King ou même J.J Abrams…

Une série inégale et confuse

Je ne m’attendais pas à grand chose avec J.J Abrams qui a tendance à partir un peu dans tous les sens. Et Stephen King qui a du mal à adapter ses romans en séries TV. Non mais c’est vrai, The Myst, Under the Dome ou encore les Mystères de Haven sont des navets ! Alors que sur le papier, elles semblaient prometteuses.

Castle Rock

Mais j’espérais qu’avec Bill Skarsgård qui avait superbement bien interprété le clown dans Ça, et Terry O’Quinn, le John Lock de Lost, on aurait eu une série vraiment horrifique et mystérieuse. Si les premiers épisodes sont certes très palpitants, la suite est d’un ennui profond. Il ne se passe rien, on tourne en rond. Certains épisodes m’ont parus longs et n’avaient pour seule utilité de combler un vide scénaristique alors que le casting est top.

Mais au final, le final est finalement… intéressant

Pendant neuf épisodes, nous passions de réalités alternatives, de va-et-vient dans le temps, de tueur en série qui surgisse de je ne sais où… pour finir sur les mêmes questions qu’on se posait au début de la série : Qui est ce fichu gamin responsable de tant de fléaux ? Quel est le lien avec Henry Deaver ? Pourquoi ce gamin est coincé dans Castle Rock…

Castle Rock 

Pour conclure, J.J Abrams et Stephen King se sont bien trouvés. Puisque les deux as de la science fiction et de l’horreur ont le chic pour teaser leur auditoire, tout en les plongeant dans l’ennui profond et finir sur une fin qui ne répond à aucune question… En fin de compte, je crains surtout que la saison 2 soit dans la même veine. Du coup, je ne suis pas certaine de regarder la suite de l’histoire.

Est-ce que je vous conseille de regarder la série ? Oui si vous êtes amateurs du genre ou fans de Stephen King, pour les autres passez votre chemin…

Partager cet article sur...
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *