restaurant médiéval

Située à Villerouge-Termenès non loin de Narbonne et Carcassonne, La Rôtisserie est un restaurant médiéval idéal pour ripailler à plein ventre entre fripons !

Depuis la fermeture de la Commanderie des Antonins ainsi que celle du Baladin à Lyon, je n’ai eu cesse de chercher une bonne auberge qui me replongerait au temps du Moyen-Âge. Mais a celly qui attendre peult, tout vient à temps !

L’été dernier, nous sommes partis dans les Pyrénées. Une région que je connais bien et que j’apprécie beaucoup pour la beauté de ses paysages, la richesse de son passé, le charme de ses villages. Et surtout les touristes ne sont pas aussi nombreux que sur la côte d’Azur. Bref c’est un terrain de jeux idéal pour les amateurs d’Histoire.

Depuis un certains temps, j’avais repéré un restaurant médiéval situé dans le coin. Donc durant notre voyage nous en avons profité pour manger à la Rôtisserie, un établissement réputé pour sa cuisine du XIVème siècle.

Ripaillons dans un château cathare

Nous faisions donc halte dans le village de Montségur, célèbre pour son château qui fut le dernier refuge des cathares. En allant visiter Rennes-le-château nous avons poussé les kilomètres un peu plus loin pour nous sustenter à la Rôtisserie.

Après moult virages non sans heurts – je vous épargne les détails – nous sommes arrivés à Villerouge-Termenès, petit bourg avec son château cathare.

Une courte marche nous a permis d’admirer les vignes et les paysages alentours. Puis nous avons découvert la cour du château dont les pierres nous ont prodigué enfin un peu de fraicheur. Car il faut le préciser cette région est réputée pour son climat chaud et sec !

Bienvenue au temps du Moyen-Âge !

Il existe bien des auberges qui prétendent servir des victuailles tirées du Moyen-Âge mais qui viennent plutôt de Métro. Ce n’est point le cas avec la Rôtisserie. En effet, l’auberge propose de mangeailler des plats dignes d’une tablée de seigneur ET à la manière d’un seigneur ! Ici point de couvert, mais un tranchoir, large pain en guise d’assiette. Point de verre à pied non plus mais des gobeaux en terre cuite.

restaurant médiéval

Et si vous oubliez votre bliaud ou votre surcot, n’ayez crainte la Rôtisserie vous vêtira de belle manière. En effet, l’établissement propose moultes tenues pour s’immerger complétement. De toute façon une paire de converse et un jeans jurent complètement dans un cadre aussi féérique !

La Rôtisserie et sa cuisine médiévale

Alors, quelle pitance avons-nous mangaillé ?!

Tout d’abord, une gente dame nous a porté un apéritif délicieux, du vin de rose à déguster avec un assortiment de tapenades et houmous dans lesquelles on pouvait tremper un très bon pain. J’ai été étonnée par le vin, car en général les boissons aux arômes de rose peuvent être vite écœurantes. Que nenni ! le breuvage était délicat et subtilement parfumé sans être trop douceâtre. Je compte bien trouver la même recette pour nos apéros à la maison.

En entrée, nous avons savouré une tartine avec une terrine de pâté cuite au four à pain. Les ont eu droit à une quiche faite maison toujours servie sur un tranchoir.

Pour les plats principaux, j’ai pris à la carte l’épée de Monseigneur, une brochette de viande de bœuf. Cela me paraissait quand même plus facile à manger sans couvert. Et puis avec la chaleur estivale je préférais quelque chose de léger. La viande était parfaitement cuite !

Le mâle alpha qui a toujours les yeux plus grands que la panse a choisi le menu Archevêque. Il a donc eu droit à un énorme coquelet rôti sauce cameline. Les plats étaient tous accompagnés de riz, brouet, salade avec sauce verjus.

Les avec leur menu Petit Cathare ont mangeaillé une sorte de cordon bleu fait maison servi sur une tranche de pain. Tout était divin. Les plats contenaient des épices bien entendu mais toutes les saveurs étaient bien équilibrées. Ce fut une francherepue difficile par les fortes chaleurs je dois l’avouer quand même.

Un restaurant médiéval entre fripons !

Pour conclure, nous avons passé un moment très convivial ! Le couple qui tient les lieux aime et sait joiler. Si les murs parlaient ils nous compteraient certainement bon nombre de soirées festives passées en cette demeure…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *